mardi 5 mai 2015

Chambre bébé décorée avant/après


Je ne sais pas vous mais moi j'adore les avant/après.
L'aménagement d'une vieille maison comme la notre se prête bien à ce type d'exercice.
Bon chez nous les pièces ne sont pas encore totalement finies ( ce qui est un euphémismes pour certaines!)
Mais je me dis que revoir les photos de la maison avant est une bonne manière de se motiver.
Et puis pour faire de jolies photos, t'as intérêt que la pièce soit un peu rangée, ce qui arrive une fois par mois environ chez nous.

Je profite donc que le bébé que nous attendons ne soit pas encore en train de mettre le dawa dans sa future chambre.

Tadam!!! La future chambre du bébé!

Quelques photos avant:



Tapisserie de toute beauté

 
Et voila l'avant/après:
 
 
 
 
 

dimanche 26 avril 2015

Petite solitude de femme enceinte

Vraisemblablement mue par un instinct grégaire de retour dans l’élément naturel de mon espèce, le cachalot, je nourrissais depuis quelques temps le projet d'aller me tremper les fesses à la piscine.
Mon envie de sport étant proche de zéro, je décidais de me fournir un alibi pour ne pas aller nager et rester dans le petit bassin: j'ai décidé d'emmener Diane. (Ce qui au passage me permettait de gagner un point dans mon estime de moi de la bonne mère)


Qui dit piscine, pour une majorité des femmes ( chacun fait comme il veut, hein) dit épilation. Je passe les détails de cette opération délicate et beaucoup plus longue que d'habitude. Heureusement que Diane dort deux bonnes heures l'après midi...
Une fois l'épilation au top, le sac fin prêt, je guette le réveil de la petite pour l'habiller illico, lui fourrer son biberon dans le bec et hop dans le siège-auto. ( Oui la piscine ferme tôt chez nous, et mes rares jours de motivation piscinesques coïncident souvent avec une sieste beaucoup plus longue que d'habitude pour Diane... Au contraire, quand je suis vannée et que si j'ai envie de me poser vautrer pendant des heures sur le canap devant une redif de "tellement vrai", sa sieste dure à peine une heure... Étrange phénomène...)

Arrivée à la piscine, je passe le tourniquet, me choppe une grosse suée en déshabillant ma fille dans la cabine exiguë, limite un lumbago en lui faisant enfiler son maillot de bain.... Et la voilà fine prête, toute choubidou dans son maillot rayé...
Je range ses affaires, puis choppe mon maillot à mon tour... Et là... petit problème... Je me rend compte qu'il y'a un truc qui ne va pas.
Je croyais les maillots de bain une pièce extensibles à l'infini...
Grossière erreur.... Une fois le ventre rentré, bah c'est qu'il ne reste plus beaucoup de tissu pour cacher le reste!


Heureusement, j'avais par hasard un autre maillot dans mon sac, un peu moins serré que j'ai enfilé en me disant " j'y suis, j'y reste!"
Après la séance piscine, rentrée à la maison, j'ai réessayé le truc pour voir... Le maillot me couvrait à peine la moitié de la poitrine me faisant ressembler plus ou moins à un lutteur gréco-romain qui aurait abusé de la bière...
Sans les muscles et les poils
Au moins Diane n'a pas remarqué les regards bizarres que les gens jetaient à sa maman à la piscine.

vendredi 24 avril 2015

Petit essai géometrique

Maintenant que je suis en congé maternité j'ai le temps de penser à autre chose que ma fille, mon boulot, les lessives et autres corvées du quotidien.
Forte de cette disponibilité d'esprit retrouvée, je rechausse ma casquette de chef de chantier de l'aménagement de notre maison.
Comme je suis encore grosse, euh enceinte, je sous- traite les principaux travaux. ( ouh la vieille excuse!)
J'exploite donc de manière éhontée les membres de ma famille au service de mes diktats décoratifs du moment.
Objectifs des prochaines semaines: déménager les chambres de l'étage pour faire une place au futur bébé. ( oui il paraît que mettre un bébé à la cave ça ne se fait pas...?)
Nous ( enfin je dit " nous"? on se comprend hein) allons installer un coin bureau dans le salon, poncer et vitrifier les parquets des chambres du haut,  boucher et repeindre les murs  de notre future chambre, monter une nouvelle armoire pour nous et pour Diane, détapisser et retapisser la future chambre du bébé et installer et décorer celle-ci.


Et moi pendant ce temps là... ( j'tournais la manivelle... Ok, je sors...) j'ai contribué à l'édifice en réalisant un peu de déco..
Depuis quelques temps, j'aime beaucoup la tendance géométrique-épurée-scandinave  du moment. (aucune personnalité la meuf...)
Décorationidée inspiration avec chaise fauteuil à bascule de table RAR pied bois design Eames jaune salon bureau style scandinave-
Oulala que c'est choupi...
Mais siiiii, ces intérieurs que l'on voit partout avec pleins de couleurs pastels, des losanges à gogo, des fauteuils style Eames, des cadres noirs et blancs avec des écritures dedans, des lampes forme diamant...



Genre ça un peu...


C'est beau de rêver à ces intérieurs sur papier glacé.
Genre " côté maison" ou " la maison france5".
L'autre jour, je regardait donc " la maison France5" c'était la rubrique " une rénovation réussie":  Chez Pierre- Emmanuel, 28 ans": Comme j'ai un métier très prenant, je n'avais pas le temps à consacrer à mon "chez moi." J'ai donc fait appel à Marion, décoratrice d'intérieur..." ( Petit joueur)
Apparait alors Marion, petite trentaine, frange brune, rouge à lèvre rouge,  chemise claire imprimée d'oiseaux, jean brut, voix douce... " Mon objectif pour l'appartement de Pierre- Emmanuel était de réaliser une décoration alliant modernité et vintage. Par exemple, la cuisine, réalisée sur mesure, les lustres que j'ai chiné... ( je sais pas où elle chine celle là, mais c'est pas au vide grenier du bled d'à côté comme moi...)
Bien évidemment l'appart du mec était une tuerie. ( pour voir des photos suivez le lien: http://www.marionalberge.com/decoratrice-interieur-paris/portfolios/decoration-appartement-70-metres-carres-paris/ )

C’est le genre d'émission qui te calme direct dans tes envies par contre.

J'ai quand même voulu réaliser un petit tableau de style géométrique, un dimanche après-midi de désoeuvrement.


J'ai trouvé un carton toilé gris de forme carrée. J'ai tracé les formes au feutres POSCA blanc et rempli avec de la peinture de récupération.







Le résultat est loin d'être terrible, mais j'ai passé un bon moment.
 Peut être à recommencer sur une vraie toile avec un plus grand format, de la peinture de qualité et un feutre qui FONCTIONNE bien...







mercredi 21 mai 2014

Une maison "A rafraîchir"


  




C'est tellement ennuyeux la vie avec un enfant de huit mois...


Entre les réveils la nuit, les érythèmes fessiers (Non, ce n'est pas le titre d'un bouquin de cul, non vraiment pas...), les dents qui sortent ... c'est d'un mou, d'un plan plan, d'un rasoir... 
(Ironie de jeune maman)

Heureusement avec le papa de ma fille, nous avions anticipé!
Depuis quelques temps, nous sommes les heureux propriétaires d'un taudis insalubre d'une maison pleine de charme à rénover!
... A rafraichir comme ils disent dans les annonces.
Rafraichir, ça fait  un peu penser à la sensation d'un pschitt d'Evian sur le visage ou a une cascade d'eau de source fraiche ruisselante en plein été.
Hé oui... Vous voyez déjà ou je veux en venir...

 Nous étions tellement pressés que j'ai signé le compromis depuis mon lit de la maternité. (oui les trois premiers jours de la naissance de ma fille je ne pouvais me lever- "le plus beau moment de ta vie" qu'y disaient!) avec dans le corps un mélange de restes d'hormones de grossesse et de traces de péridurale.
J'étais donc, en pleine possession de mes moyens, parfaitement lucide, et détendue. ( Bien sûr...)

Puis nous avons commencé les travaux. Enfin par "nous", je veux dire mon père, que j'exploite ( Oui j'ai une moralité vraiment sans scrupules) et le papa de la Petite de temps en temps.
Moi, j'aime me figurer que je participe mais en fait, je suis plutôt dans la conceptualisation.
Ce qui veut dire que je fous rien et je donne des ordres conseils.

Quand la Petite était encore dans mon ventre à poireauter pour sortir, nous avions véritablement sous-estimé le potentiel chronophage d'un enfant en bas âge.
( Je me voyait avec le Rachida Dati power: Sortir de la maternité en trottinant sur mes talons hauts, brushinguée, cour de danse à 11h00, puis"dej" entre copines, enfiler une combinaison bleue moulante pour aller maroufler la cuisine de ma maison, le tout avec le bébé en écharpe physiologique... )

Moi je pensais que des travaux de rénovation allaient prendre autant de temps que la durée d'une émission de "Déco, une semaine pour tout changer", genre une heure trente par pièces...


L'avantage c'est que l'on apprend de ses erreurs...

Quelques photos pour fixer un peu le cadre:


Oui, la maison est un peu vieille.
 



dimanche 29 décembre 2013

Pochette CD

 
L'autre jour, le père de la Loupiote s'est généreusement proposé de s'occuper exclusivement de sa progéniture pour me laisser quelques heures de répit. Objectif: me détendre et me changer les idées.

J'ai donc passé ma demi-journée de tranquillité à:... Faire un diaporama des photos de la loupiote! Complètement obsessionnelle j'vous dit...

A la fin de la journée, alors que le papa de la loupiote super en forme ( la loupiote en forme, le papa lui beaucoup moins) commençait à me lancer des SOS du regard genre " c'est bon maintenant tu l'as eu ta pause tranquillité, j'peux retourner jouer à Diablo" ( oui c'est un jeu vidéo qui existe vraiment), j'étais l'heureuse créatrice d'un film de quinze minutes montrant ma fille sous toutes les coutures, musique de piano en fond sonore ( en même temps c'est le seul truc que j'avais réussi à télécharger: "birdy -skinny love" plus niais ça n'existe pas.)
Donc un truc imbuvable pour toute autre personne que moi même. ( même le père de la petite a trouvé ça "un peu long")

Noel approchant, j'ai pensé offrir le diaporama aux seules personnes mise à part moi même, capables de supporter 15 minutes de Birdy et de Loupiote sans s'endormir et peut être même en étant contents: les grands parents.



Si vous avez remarqué que le "D" de Diane n'est pas en majuscule c'est normal, c'est complètement voulu, c'est un choix créatif...
Bon en fait c'est que je n'avais plus de lettre "D" du tout, j'ai donc mis un "p" à l'envers... La loose...
 
Pour que ça fasse un peu plus chatoyant qu'un pauvre CD gravé verbatim, je me suis lancée dans la confection de pochettes façon scrapbooking. C'est là que je me suis rappelée pourquoi je ne fais pas de scrapbooking: je ne suis pas anglaise, je ne vis pas dans un monde "trop choubidou" et je ne suis pas patiente. Ça s'est donc fini à coup de colle glue pour mater ce papier récalcitrant qui mettait 15 ans à coller. ( j suis pas sûre ce soit très  "scrap" comme technique...)

Quand les grands parents ont ouverts le cadeau, ils étaient contents! Les malheureux...


"Skinny looooooove..."


 

mercredi 11 décembre 2013

"Nounou maléfique versus nounou fée"

J'avais donc pris ma décision, me séparer de Nounou-maléfique pour le bien être commun de moi et ma fille.
Ne restait plus qu'a annoncer à Nounou-Maléfique que je la plaquais deux jours avant de commencer le contrat...
J'avais voulu envoyer le père de la Loupiote annoncer la bonne nouvelle à Nounou-maléfique, mais celle-ci, jointe au téléphone, n'était pas disponible car " elle préparait sa soupe".
Le lendemain, seule face à l'inévitable,  ( le père de la Loupiote étant lâchement parti travailler) je me dirige vers la maison de Nounou- Maléfique.
J'avais bien préparé mon oral, arguments-contre arguments, pire qu'un examen de concours, m'étais auto-motivée " Tu es une winneuse ma fille, t'as 30 ans merde, tu vas la bouffer".
Arrivée dans l'antre de Nounou- Maléfique, la winneuse s'est transformée illico en limace transpirante. J'avais la bouche pâteuse, je bafouillait, n'arrivais pas a trouver mes mots, la pauvre fille...
Nounou Maléfique n'a tout d'abord pas bien compris, elle a essayé de me faire changer d'avis, ça été compliqué... Et comme je tiens à mon chat Pirate, j'ai tout pris sur moi.  J'ai donc acquiescé au fait que je "n'arrivait pas à couper le cordon, ou que je n'allais pas pouvoir élever ma fille dans du coton... ".
Et moi bêtement, je disait "oui, oui", "c'est sûr", elle était loin la winneuse!
Bref, je suis passée pour une maniaco dépressive complètement niaise.
Au sortir de chez Nounou-maléfique, j'étais quand même très soulagée, sauf concernant l'avenir de mon chat Pirate ou de ma voiture que je gare dehors.
Il ne restait plus a la maniaco- dépressive que de chercher une autre nourrice.
Après quelques coups de fils, je décroche un entretien avec une nourrice le lendemain à 17 heures.
A 16 heures 59 tapantes, je me tenait devant sa porte
Celle-ci s'ouvre sur une petite bonne femme aux yeux bleus, cheveux frisés courts, et grand sourire. Elle est tout de suite intéressée par la Loupiote. ( Ou en tous cas elle fait bien semblant;)
Elle me fait entrer, me fais visiter et nous commençons à discuter. Au bout d'un moment, comme la Loupiote s'impatientait dans sa boite ( euh son "cosy"), la nounou la prend dans ses bras. La loupiote semblait plutôt bien, calée contre sa poitrine généreuse, écoutant son babillage...
Cette nounou là me faisait penser aux nounous des contes de fée, celles avec les baguettes avec l'étoile brillante au bout!
Nous retournons dès lendemain avec le papa de la Loupiote pour faire le contrat. Nounou-fée avait commencé à décorer sa maison pour noël sur le thème " cupcake et gourmandises de Noël"...
Quand la loupiote lui a fait un sourire, on a signé tout de suite!

dimanche 1 décembre 2013

L'auto stoppeur.

Hier la Loupiotte a passé la nuit chez ses grands parents.
Enfin seuls, nous, ses parents, nous sommes livrés à une orgie d'alcool, de sexe et de rock n roll...
En vrai, nous avions une réunion de boulot chacun de notre côté. (je casse direct l'ambiance.)

Le lendemain matin, alors que je filais sur la route au volant de ma familière Clio crado pour aller récupérer ma Petite, je vois un auto-stoppeur au bord de la route.
Après avoir évalué son potentiel dangereux, je me gare sur le bas côté.
( J'ai une  jauge de dangerosité personnelle de l'auto stoppeur avec plusieurs critères: Ne pas avoir plus de vingt cinq ans. Pas de blouson en cuir. Être moins musclé que moi pour que je puisse avoir le dessus... En gros je ne prend presque jamais personne.) .

Je regarde le jeune homme s'avancer vers ma voiture, bonnet en laine style rasta sur la tête, portant un sac à dos plus large que lui, croissance vraisemblablement stoppée à douze ans... ( critère de l'auto stoppeur inoffensif validés)
Bastien se présente en grimpant dans la Clio. Concentrée sur la route, les effluves de son haleine un peu chargée viennent à moi pendant qu'il m'explique qu'il fait souvent du stop car il adore voyager ( et surtout qu'il n'a pas de voiture.)
Il me dit aussi qu'il est étudiant en animation socio- culturelle.
"Super" lui dis-je, "Avec la réforme des rythmes scolaires, tu vas avoir plein de boulot!"
"Ouais c'est clair, mais bon les taux d'encadrement des enfants changent tout le temps, on peut pas bien bosser..."
S'ensuit alors un exposé de sa part sur ce qu'il pense de cette réforme.

Au bout d'un moment, il réalise que je suis là et me demande un peu hésitant: " Et toi? Tu fais quoi? Euh, étudiante aussi?" ( smile intérieur en souvenir de cette douce époque révolue. coup de vieux quand même.)
Quand je lui dit que je suis instit´ et directrice d'ecole, je vois qu'il se sent un petit peu mal à l'aise par rapport à sa diatribe de tout à l'heure sur la réforme des rythmes scolaires.
Dans le blanc qui s'ensuivit, je me rend compte que ma radio était restée sur France Bleue. ( En fait, avant de m'arrêter tout à l'heure j'étais en train de faire défiler les stations pour ensuite pouvoir m'époumonner sur une des dernieres daube musicale.)
Il a du me prendre pour une vieille peau coincée... ( re-coup de vieux)
Puis Bastien en profite pour appeler son père afin que celui-ci vienne le chercher à l'échangeur ou je le déposerai.
La communication est brève: " Papa ouais rappelle moi j'ai plus d'credit, j'ai plus d'credit"
J'ai finalement deposé le jeune aventurier du bitume finalement pas si mécontente d'avoir trente ans...
(Oui trente et un, bon...)





lundi 25 novembre 2013

Nounou-Maléfque, le retour

Le mardi suivant, j'emmène ma Loupiotte chez la nounou pour une adaptation de deux heures...
Je laisse le fruit de mes entrailles et je file pour ma rééducation du périnée.
( Les séances de rééducation du périnée c'est super détente. Allongée sur une table, genre transat au bord de la plage, les bras sous la tête, on papote de toute et de rien  avec une copine super sympa.(manquerait que la margarita sunrise)
La différence avec un après midi au bord de la plage, c'est que déjà y' a pas la mer. Et puis, la nana n'est pas une copine à toi  mais une sage femme, elle a les doigts à hauteur du périnée pendant 20 mn et elle te demande de faire des trucs chelous avec ton périnée, genre  "le pont levis", " le téléphérique"...
Et toi t'es là tranquille, détente, elle te parle de ses enfants, tu racontes tes histoires avec la nounou... Normal...)

De retour chez la nounou, je rentre le cœur battant dans son garage pour récupérer ma fille.( chez elle, on rentre par le garage)
Au moment de frapper à la porte, j'entends une voix pointue qui provient de l'intérieur de la maison et qui dit :" Un bébé qui pleure comme ça, je serais toi je la prendrais pas!"
(Gasp)
Je me décide à frapper, j'entends un gros blanc, puis "entrer!"
La voix, c'était la grande fille de 16 ans de Nounou-maléfique en train de se faire un sandwich.

Ma Loupiote est plus loin sur le canapé, dans les bras de nounou-maléfique qui essaie de lui faire avaler le biberon, (enfin le lait qui est dans le biberon, pas le biberon en lui même...) elle pleure, elle hurle; la pauvrette...
Nounou-maléfique esquisse un sourire crispé, se lève à ma rencontre. Prestement, je tend les bras vers ma fille, la sors de ses griffes et la mets en sécurité contre moi.

Je demande quand même à Nounou-maléfique d'une voix blanche et sans espoir, comment ça s'est passé. Elle me dit " Gnark, gnark, gnark"
Non, en vrai elle parle comme tous le monde, toute maléfique soit elle. Elle me dit que Diane a pas mal pleuré mais que c'est normal.
Nounou- Maléfique me dit aussi qu'il faut que j' 'habitue la Loupiote à dormir dans le bruit car " Vous comprenez, quand les enfants dorment c'est le seul moment que j'ai pour faire le ménage. Moi je passe l'aspirateur dans les chambres pendant la sieste, ils sont habitués."
Elle me dit aussi que Diane a eu du mal à prendre le biberon, et qu'elle avait eu une petite comme ça un jour, avec qui il fallait une heure et demi pour prendre le biberon " Vous comprenez, j'ai d'autres enfants à m'occuper moi!"
J'avais envie de répondre que c'était à cause des araignées et des poils de chauve-souris qu'elle mettait dans le biberon...
Mais, comme une niaise, j'ai dit "Oui, oui" à tout ce que disait nounou- maléfique, trop pressée de m'enfuir de son antre avec Diane. Je lui ai même pas dit ce que j'avais entendu derrière la porte. ( Oui je sais je suis une grande téméraire- enfin elle aurait pu me transformer en grenouille aussi!)
De retour à la maison, réunion au sommet entre moi, ma conscience, mon cœur et ma raison.
Impossible de décider si, aveuglée par mon attachement à ma fille, je me trouve une excuse en détestant nounou-maléfique pour ne pas couper le cordon. Ou bien si elle est vraiment maléfique...

J'avais eu un super contact avec une fille de la RAM ( Relais assistante maternelle ) de mon bled. Je l'appelle illico en lui demandant un rendez-vous pour aujourd'hui. ( il était 18 heures)
Fine psychologue, elle accepte. ( Aussi elle avait une permanence jusqu'à 19 heures) Je fourre ma fille dans sa boite ( son cosy oui) je fais crisser les pneus et hop à la RAM.
Au bout d'une heure de rendez-vous, avec pleurage, décorticage, échangeage, et conseillage, je décide qu'il faut stopper le massacre avec Nounou-Maléfique.
Ma prochaine mission: Trouver une nouvelle nourrice pour la Loupiotte en trois jours et annoncer à Nounou- Maléfique qu'on la lâche à la dernière minute... J'ai trop peur...

" Adaptation, réaction"

Le retour au travail approchant, il était temps de préparer mon bébé à la séparation du jour J par un court séjour chez la nounou. ( Quand je dit "préparer mon bébé" traduisez évidemment par " me préparer moi même)
J'emmène donc la Loupiote chez la nounou, c'est facile y'a juste la rue à traverser. Moi j'ai mis 1/4 d'heure.
(" Vis ma vie de cassos de " Confessions intimes" qui arrive pas à couper le cordon")
(Oui j'assume mes références intellectuelles...)
Arrivée chez la nounou: "Bonjour, bla, bla, bla.. Il fait pas chaud, oui c'est vrai, ils ont prévu plus froid demain... bla bla bla.. On s'en fout...."
"Miaou!" Je tourne la tête vers le bruit. Non ce n'est pas la nounou qui miaule. J'aperçois un chat derrière le mur... MON chat! Qu'est ce qu'il fait là? C'est Pirate, le filou qui nous avait suivi! ( Bon il a pas fait des kilomètres non plus, il a juste traversé la rue)
Panique de la nounou: " J'ai sorti mes chiens, se sont des chiens de chasse, faut pas que votre chat s'approche, il va se faire manger!"
Panique de moi-même.
Je dis à la nounou que je vais rentrer Pirate, je lui laisse Diane et je file rentrer le chat dans le garage. En entendant le bruit de la croquette en chaleur que je secoue dans sa gamelle, Pirate file chez nous et évite ainsi une fin tragique.
Tout ceci à duré 5 minutes.
A mon retour chez la nounou, en passant son portail, j'entends des hurlements. Bon me dis-je, elle garde d'autres enfants, y'en a un qui pleure vraiment très fort...
J'entre dans la pièce et je vois que c'est ma fille qui hurle dans les bras de la nounou... Des cris comme jamais j'en avais entendu de sa part, même avec les coliques. ( c'est dire)
Je récupère mon Bébé des bras de la nounou et tente de la calmer difficilement.
Dans ma tête des pensées se bousculent: " Fuis, barre toi avec ta fille" me dit mon ventre, " Prend sur toi, ce n'est pas grave" me dit ma raison.
Berçant ma fille rouge et remplie de sanglots tout contre moi, j'entends la nounou me dire que Diane a du avoir peur quand elle a crié pour appeler ses chiens.
J'écoute d'une oreille la suite de ses babillages, trop occupée à calmer Diane et à me calmer moi même d'ailleurs.
Au bout d'un moment, je redonne Diane à la nounou pour ne pas rester sur une impression négative pour la prochaine fois.
Dans les bras de la nounou, Diane fait la lippe, oubliés les sourires et les gazouillis qu'elle fait d'habitude.
La nounou demande si elle peut poser Diane car elle est lourde et elle ne porte pas les bébés à cause de son mal de dos.
" Ah oui d'accord, lui dis-je, alors si vous voulez je pourrais apporter mon transat car nous on la berce dedans, ça la calme"
Réaction de la nounou: " Bercer les bébés c'est une très mauvaise idée, ça leur donne de mauvaises habitudes!"
Bing, prend ça dans les dents ma vieille...

Sur ce, nous fixons une autre date pour une adaptation, cette fois-ci sans moi, avec Diane toute seule chez la nounou.
(Suite au prochain épisode)

"Vis ma vie de mère névrosée"

" J’emmerde tout le monde avec mon chiard" Épisode quinze mille.
Bonjour à tous,
"Tiens, ça fait longtemps que je n'ai pas saoulé mes amis avec mon Chiard!" Me suis-je dis hier.
L'avantage quand tu as un Chiard, c'est qu'il t’arrive toujours des petits trucs du quotidien, que toi, mère de Chiard post- partum  avec tes hormones un peu encore en vrac, tu transformes en drame de la vie.
Depuis peu, je commences à m'équilibrer tout juste avec mon Chiard. Elle qui daigne tout juste faire ses nuits, mes seins sont passés en mode lactation vitesse de croisière, j'envisage même m'épiler enfin les jambes...
Mais c'est là qu'arrive le drame...

( Musique de suspense de film américain)

LA REPRISE DU BOULOT! ( Bruit du tonnerre qui éclate)
Et qui dit boulot, dit biberons (pour moi qui allaite), et dit nounou! (pour moi qui stresse quand je dois faire garder Pirate mon chat)
Par où commencer?
(Petite pause: Le chiard et moi devons sortir, je prévois donc une demi heure de préparation avant de démarrer la voiture: Changage de couche, changage de body et de pyjama tachés par caca, mettage de couche, remettage de body et d'une jolie tenue ( et oui on sort quand même, faudrait pas que les gens croient que je laisse mon Chiard toute la journée en pyjama)
Dépose du Chiard dans sa boite; ( ils appellent ça un cosy aussi)
Vomissage du Chiard sur sa couverture et sur la jolie tenue.
Rechangage du Chiard ( laisse tomber la jolie tenue, vive le pyjama!)
Garnissage du Chiard de 6 surcouches de vêtements ( j'ai toujours peur qu'elle aie froid)
Voilà, mon Chiard milles-feuilles et moi même sommes prêts. )
On en étions nous?
Ah oui LA REPRISE DU BOULOT ( Bruit de tonnerre qui éclate)
"La nounou maléfique" ( gnark gnark gnark)

Quand j'étais enceinte, nous avions recruté une nounou.
A ce moment là, j’étais très occupée à intimer l'ordre à mon utérus d'arrêter de contracter  à 3 mois du terme.
J'ai donc délégué la tâche de recrutement de la nounou au futur Papa de la Chiard avec toute la psychologie qui le caractérise... Ou pas...
Après plusieurs entretiens avec des nounous de tout poils, le futur Papa vient me voir en me disant qu'il pense avoir trouvé une nounou pas mal.
" Elle est vraiment gentille comme tout, très accueillante et très bavarde, ça va te plaire!"
Super, me dis-je, c'est tellement galère de trouver quelqu'un de bien et qui soit disponible. Une bonne chose de faite!
L'avantage en plus c'est qu'elle habite en face de chez nous!
Quelques temps après, alors que mon utérus, vexé avait décidé de bouder dans son coin et refusait de faire sortir le Chiard qui était pourtant à point, nous sommes allés en couple voir la nounou.
Effectivement, la nounou est bavarde... Enfin, commère du village serait plus approprié. En un quart d'heure, j'ai découvert que la voisine du coin de la rue avait accouché y'a deux mois, que le petit jeune d'en face allait déménager, et que le fils de nos voisins s'appelle Teddy... ( le pauvre)
Le plus drôle c'est que Stéphane qui se moque de moi quand je lis "Public", participait allégrement à la conversation. On aurait dit deux mémés sur leur banc dans un jardin public en train de critiquer les passants.
Bon, me suis-je dis, au moins notre Chiard sera ouvert sur les autres et développera son langage... Et puis, allez faisons confiance au Papa dans son choix. ( Je devais avoir lu le passage sur "la place du père" dans " ma grossesse jours après jour")
Puis la terre s'est arrêtée de tourner et le Chiard est arrivée dans nos vies.
Une petite taupe aveugle et toute rose, éveillée et sensible, gênée par d'affreuses coliques, que nous bercions à tour de rôle pour l'apaiser.
( Je dois avoir encore un vieux reste d'hormone de grossesse car quand j'écris ça , je m'auto-émeut, la pauvre fille)
Depuis le Chiard a terrassé les coliques, pris des kilos, à ouvert ses yeux sur le monde, mais à toujours besoin de câlins et d'attention.
La prochaine fois, je raconterai l'adaptation du Chiard chez la nounou.